Vincent Dubois SAGE (UMR 7363), Université de Strasbourg, MISHA
5 Allée du Général Rouvillois CS 50008 - F-67083 Strasbourg cedex France
+33 (0)3 68 85 61 70 - vincent.dubois@misha.fr

Accueil du site > Mots-clés > Thèmes > Méthodologie et autres

  • « Les usages de l’observation directe dans la sociologie de l’action publique »

    VIIIe Congrès de l’Association française de science politique, Lyon, 14-15 septembre 2005

  • « L’écriture en sociologie : une question de méthode négligée »

    Transversale, 1, 2005, p. 208-217

    lire le résumé

    L’écriture, au sens de l’élaboration d’un texte destiné à des lecteurs, occupe une place variable mais assurément importante dans le temps de travail des chercheurs en sociologie. C’est très largement dans et par la mise en forme écrite que se constitue l’argumentation sociologique. Et c’est avant tout sur la base de productions textuelles que sont non seulement évalués et discutés mais aussi constitués les résultats de la recherche sociologique. Cependant, les pratiques d’écriture, les choix méthodologiques qui s’y opèrent ou les implications épistémologiques des "styles" de textes sociologiques sont largement absents des réflexions sur la méthode dans cette discipline, autrement prolixe lorsqu’il s’agit du recueil ou du traitement des données.

    HAL

  • « La sociologie de l’action publique, de la socio-histoire à l’observation des pratiques (et vice-versa) »

    in Laborier (P.), Trom (D.), dir., Historicité de l’action publique, PUF, 2003, p. 347-364

    lire le résumé

    L’analyse des politiques publiques repose trop souvent sur des distinctions préconstituées et non questionnées (administration versus politique, décision versus mise en œuvre). Éviter de reproduire ces distinctions préconstituées dans la division du travail scientifique — à la socio-histoire les moments forts de la genèse et les élites qui y contribuent ; à la sociologie de l’action le travail quotidien des anonymes — implique de revenir sur l’évidence a priori de la césure entre ces deux orientations de recherche. Cet article propose en ce sens quelques pistes permettant de réfléchir à la manière dont on peut articuler une perspective socio-historique privilégiant la saisie diachronique de processus comme la genèse, l’institutionnalisation, la naturalisation des formes et catégories d’intervention et/ou l’observation de conjonctures (émergence, crise, redéfinition, etc.) à une sociologie des pratiques d’intervention en actes , qui les restitue dans le cours de leur accomplissement.

    HAL / Télécharger
    Télécharger

  • « Socio-histoire et usages sociaux de l’histoire dans l’analyse de l’action publique »

    in Déloye (Y.), Voutat (B.), dir., Faire de la science politique, Belin, 2002, p. 155-166

    lire le résumé

    Cet article revient sur l’intégration d’une dimension historique dans les analyses sociologiques de l’action publique. A partir de l’exemple des politiques culturelles en France, il montre également la nécessité d’une réflexion sur les usages sociaux de l’histoire dans la fabrication et la légitimation des politiques publiques.

    HAL

  • « L’écriture sociologique »

    Littérature et sciences sociales, Laboratoire de sciences sociales, ENS, Paris, 10-12 janvier 2001

  • Compte-rendu de B. Péquignot, P. Tripier, Les fondements de la sociologie

    Genèses, 2001-43

  • « La sociologie de l’action publique, de la socio-histoire à l’observation des pratiques (et vice-versa) »

    Historicité de l’action publique, CURAPP-GSPM, Amiens, 12-13 octobre 2000

  • « Socio-histoire de l’action publique et usages sociaux de l’histoire : le cas de la politique culturelle en France »

    Autour de la sociologie historique, Université de Lausanne, 17-18 décembre 1998

  • Institutions et politiques culturelles locales.

    Eléments pour une recherche socio-historique

    Paris, Documentation française, 1996, 70 p.

    lire le résumé

    Contrairement à une idée largement répandue, l’histoire des politiques culturelles françaises est loin de se résumer à la diffusion vers la périphérie d’un modèle élaboré au centre. L’institutionnalisation et les transformations de ces politiques procèdent aussi de pratiques et d’enjeux localisés. Ne serait-ce que parce qu’elles passent en grande partie par des équipements culturels –salles de spectacles, musées, bibliothèques, …-, elles sont de fait nécessairement inscrites dans un lieu. Plus encore, dans différentes conjonctures historiques, le traitement public de la culture a localement fait l’objet d’expériences nouvelles, d’investissements forts, de controverses vives. Pour qui s’intéresse aux politiques culturelles, de leur genèse à leurs effets, l’analyse localisée constitue donc une démarche nécessaire._ Ce sont les problèmes et les perspectives d’une telle démarche qui sont abordés ici.

    lire le sommaire

    Introduction

    1. ECUEILS DE L’HISTOIRE DES POLITIQUES CULTURELLES LOCALES ET LIMITES DU GENRE MONOGRAPHIQUE
    - L’histoire des politiques culturelles et les risques de l’anachronisme
    - L’histoire culturelle du temps présent : un cadre encore fluctuant
    - Les risques d’une pluridisciplinarité mal maîtrisée
    - Le statut incertain du local

    2. ENJEUX ET PERSPECTIVES DE L’ANALYSE LOCALISEE POUR UNE SOCIO-HISTOIRE DES POLITIQUES CULTURELLES
    - Le local comme site pour la restitution de processus
    - L’articulation du local-national

    Conclusion

  • L’histoire des politiques culturelles locales : problèmes de méthode et pistes d’analyse

    Comité d’histoire du ministère de la Culture, 1996, 90 p.

0 | 10 | 20 | 30


mentions légales | SPIP | CHOC 02 | | Plan du site |  RSS 2.0