Vincent Dubois SAGE (UMR 7363)
Sciences Po, Le Cardo, 7 rue de l’Ecarlate CS 20024 67082 Strasbourg Cedex France
+33 (0)3 68 81 65 70 vincent.dubois@misha.fr

Accueil du site > Mots-clés > Thèmes > Politique et sociologie de la culture

  • Sociologie politique d’une musique populaire : les orchestres d’harmonie en Alsace

    (avec J.-M. Méon et E. Pierru), GSPE-OPC-FSMA, 2005, 465 p.

  • « Le ministère français de la culture entre normalisation et singularisation »

    journée d’étude Les administrations atypiques, LASSP, IEP de Toulouse, 25 juin 2004

  • « L’épopée culturelle en sédiments »

    entretien in Culture publique, opus 1, L’imagination au pouvoir, Éditions Mouvement Skite, 2004, p. 67-84

  • « Dilemmas of the institutionalisation process. From cultural mobilisation to cultural policies »

    International Journal of Cultural Policy 10 (3), 2004, p. 331-349

    lire le résumé

    Local cultural policies in France became institutionalised essentially over two decades : the 1970s and the 1980s. This institutionalisation process comprised the cultural specialisation of local administrative services, the professionalisation of local cultural agents and the promotion of culture as one of the mains sectors for local public policies, from the political as well as financial point of view. Based upon the case study of a middle-sized town, this article shows that this was a conflictual process. In the late 1960s and early 1970s, association activists from the new middle classes, politically and culturally close to the political mobilisations of the post-1968 period, launched programmes of cultural action. At first, the municipalisation of their policy was a success for them. However, progressively, this local cultural policy was driven less and less by these former activists, who were replaced by new professionals, and earlier socio-cultural and political ambitions (revolving, for example, around a culture of everyday life designed to promote greater local democracy) were replaced by a more technical orientation. Finally, this instituionalisation process also consisted of the dispossession and disillusion of those who had believed they could change social and political relations through cultural involvement.

    HAL

  • „Kulturelle Eliten, städtische Kulturverwaltung und politischer Diskurs um Kulturfragen. Die Öffentliche Behandlung von Kunstfragen in Lyon zu Beginn der 3. Republik

    in Höpel (T.), Sammler (S.), Hrsg., Kulturpolitik und Stadtkultur in Leipzig und Lyon (18.-20. Jahrhundert), Leipzig Universitätsverlag, 2004, p. 103-138

    lire le résumé

    Dieser Text behandelt Kulturpolitiken in Lyon (Frankreich ) am Anfang der III. Republik. Es stellt eine sozio-historische Forschung auf Kulturelle Eliten in der bürokratische Gestaltung während des Prozesses auf Demokratisierung der Kultur vor. Es ist von einem Buch über die Kulturpolitiken in Lyon und Leipzig zwischen den XVIII. und XX. Jahrhunderten abstammend.

    HAL

  • « Communication culturelle et politiques de la culture »

    ministère de la Communauté française, Rencontre « Communiquer la culture », Charleroi (Belgique), 27 avril 2004

    Télécharger

  • « Une politique pour quelle(s) culture(s) ? »

    Cahiers français, 312, 2003, p. 19-24

    lire le résumé

    Cet article revient sur l’orientation de l’intervention culturelle publique en analysant la mise en œuvre d’actions publiques en faveur des cultures dites « populaires » ou « minoritaires » depuis le début des années 1980, face à la culture dite légitime, soutenue depuis longtemps par l’État. Il montre aussi que, malgré cette nouvelle intervention de l’État, l’ordre hiérarchique des goûts culturels n’a pas été totalement remis en cause.

    HAL

  • « La statistique culturelle au ministère de la Culture, de la croyance à la mauvaise conscience »

    in Le(s) public(s) de la culture, Presses de Sciences Po, 2003, p. 25-32

    lire le résumé

    Cet article porte sur la place de l’argument chiffré dans les débats, les stratégies, les luttes dont la politique culturelle gouvernementale en France forme l’enjeu ou au moins l’occasion. Après être revenus sur la genèse et l’institutionnalisation de la statistique culturelle publique, Il porte plus précisément sur le changement dans l’usage des chiffres de pratiques dans les stratégies de légitimation de la politique culturelle gouvernementale. Pour rendre ce changement plus facilement visible, on abordera successivement deux moments clés. Celui des débuts de la statistique culturelle publique, tout d’abord, qui correspond à la période de l’invention de la politique culturelle gouvernementale, dans la première moitié des années 1960. L’on reviendra ensuite sur la parution de la nouvelle enquête du DEP en 1990, qui est l’occasion d’importants débats sur les chiffres des pratiques culturelles correspondant cette fois à un point critique dans ce qu’on appelle depuis la crise de la politique culturelle. On verra ainsi comment les chiffres des pratiques culturelles, historiquement constitués en lien avec l’affirmation de l’intervention culturelle publique, ont pu se retourner contre ces intentions initiales en servant les armes des critiques de l’État culturel.

    HAL

  • Compte-rendu de P. Poirrier, L. Vadelorge, Histoire des politiques du patrimoine

    Questions de communication, 2003-4

  • Les échanges transfrontaliers artistiques et culturels du Rhin supérieur (dir.)

    document de synthèse, DRAC Alsace, Conférence franco-germano-suisse du Rhin supérieur, 2003, 20 p.

0 | ... | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | 90 | 100 | 110 | ... | 120


mentions légales | SPIP | CHOC 02 | | Plan du site |  RSS 2.0